Transitions interordres et intercycles

Les transitions interordres et intercycles: faciliter les cheminements d’études

L’importance d’agir en systémie pour faciliter les cheminements d’études.

  • Travailler sur les préoccupations communes des établissements pour agir sur les « points de battement », difficiles à combler sans collaboration et soutien.
  • Considérer les aspects sociaux, psychologiques et académiques de la transition de l’étudiant·e ainsi que des dimensions d’une transition réussie: l’arrimage des connaissances, l’intégration des personnes et l’adéquation des structures.
  • S’arrimer au plan d’action ministériel pour la réussite en enseignement supérieur.
  • Tenir compte des expertises et propositions de projets de certaines organisations pour faciliter les cheminements d’études, notamment le CRÉPAS et OPTANIA.

Objectifs du chantier :

L’accueil, l’intégration et l’accompagnement des étudiant·es dans leurs milieux de vie académiques et socioprofessionnels durant tout leur parcours collégial ou universitaire.

En souhaitant avoir un impact sur les étudiant·es en l’occurrence sur ceux et celles de certains sous-groupes et sur les pratiques de nos établissements d’enseignement supérieur, nous devons :

  • Mieux accompagner l’étudiant·e dans sa préparation aux études supérieures, notamment dans :
      • Le développement de son identité (vocationnelle)Afin de parvenir à une offre régionale concertée des maisons d’enseignement supérieur ;
      • Le développement des compétences nécessaires pour affronter les exigences scolaires.
  • Mieux comprendre le portrait des transitions difficiles et les faire connaitre aux intervenant·es, enseignant·es et professeur·es.
  • Diversifier les parcours scolaires menant à une diplomation – faciliter les cheminements atypiques.

Portrait régional des étudiant·es des collèges du Saguenay–Lac-Saint-Jean

À l’automne 2021, les réponses de 1250 étudiant.es des cégeps de Chicoutimi, Jonquière, Saint-Félicien et du Collège d’Alma au Sondage sur la population étudiante des collèges (SPEC) ont été regroupées pour tracer un portrait régional des collégien.nes actuels au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Ce portrait régional, réalisé pour la première fois, a été présenté au personnel des cinq établissements d’enseignement supérieur du Pôle. Cliquez ici pour visionner la présentation.

Les projets

Démocratiser le recours aux mesures de transitions interordres et intercycles
Ce projet s’inscrit à l’intérieur du projet provincial « Parcours réussis vers l’enseignement supérieur : un défi interordres », mené par le réseau de l’Université du Québec.

Le projet proposé consiste à coconstruire, à expérimenter et à évaluer un modèle de soutien novateur aux transitions entre les ordres du secondaire, du collégial et universitaire. S’appuyant sur les déterminants de la persévérance scolaire (CRÉPAS, 2014), des travaux de recherche antérieurs inhérents aux transitions réussies (Blackburn et Houle, 2021; Dumoulin et al., 2014; Fédération des Cégeps, 2021, Thivierge et al., 2019) ainsi qu’une recherche collaborative menée par ÉCOBES avec les acteurs et actrices du milieu de l’éducation visant à décrire les représentations sociales des étudiant·es qui vivent une transition scolaire à l’égard des mesures de soutien, le projet proposé vise des retombées positives sur l’adaptation, l’intégration et la réussite scolaire aux études postsecondaires des étudiant·es. Le modèle s’appuiera sur la collaboration interordres et intersectorielle. Il tiendra particulièrement compte des étudiant·es sous-représenté·es (issu·es de familles à faible capital scolaire, monoparentales, en situation de handicap, autochtone, ayant vécu des transitions antérieures difficiles ou en situation de retour aux études) en enseignement supérieur ainsi qu’à l’importance de l’engagement familial lors des transitions (Tardif et Thivierge, 2020; CAPRES,2021). Le projet déposé prévoit une expérimentation de mesures s’articulant autour des trois dimensions inhérentes aux transitions scolaires (procédurales, académiques et sociales) (CSÉ, 2010) et une évaluation permettant de témoigner de la faisabilité de reproduction du modèle dans d’autres établissements d’enseignement. Ultimement, le projet vise à outiller, par un modèle de soutien novateur, l’ensemble des acteurs et actrices signifiant·es auprès des élèves et des étudiant·es; la recherche permettant de mieux comprendre les caractéristiques des étudiant·es ayant recourt aux mesures proposées.

ALI (module sur les transitions)

Le projet vise à bénéficier des avancées technologiques en intelligence artificielle afin d’offrir aux étudiant·es postsecondaires un accompagnement adapté à leurs situations en période de transition. Pour ce faire, il est souhaité d’utiliser le robot d’accompagnement ALI, conçu initialement pour les étudiant·es du collégial, et ce, dans le but d’adapter celui-ci et d’élargir ses contextes d’interactions actuel, soit:

  • Accompagner l’étudiant·e dans sa nouvelle réalité postsecondaire, avant son arrivée au collège ;
  • Accompagner les étudiant·es autochtones dans la transition vers les études supérieures ;
  • Soutenir l’étudiant·e face à des problématiques psychosociales liées à la transition ;
  • Soutenir l’étudiant·e de retour aux études dès son admission ;
  • Agir comme élément facilitateur pour contextualiser et accéder aux ressources régionales de soutien déjà existantes en matière de transition.

 

Le comité de chantier